• Vincent

10 règles de diététique


« Que ton alimentation soit ta première médecine »

– Hippocrate, 400 av. JC

1-Supprimer le grignotage :

A ne pas confondre avec une collation, le grignotage correspond à un non-stop alimentaire. Celui-ci entraîne une stagnation des aliments qui risque d’épuiser le système digestif et de favoriser à terme la prise de poids, les lourdeurs, l’obésité, les troubles digestifs multiples, des troubles du système respiratoire, les allergies, les maladies métaboliques.

Consommer plus de légumes cuits et variés :

Des légumes de saison doivent donc être présents à chaque repas et correspondre à 50% au volume de votre assiette. Les légumes régularisent la glycémie (permettent de se déshabituer du sucre) et sont antioxydants.

2- Consommer plus de légumes cuits et variés :

Des légumes de saison doivent donc être présents à chaque repas et correspondre à 50% au volume de votre assiette. Les légumes régularisent la glycémie (permettent de se déshabituer du sucre) et sontantioxydants.

Plus ils sont colorés plus ils en sont riches (brocolis, betteraves rouges, carottes, courges, chou rouge pour ce qui est de l’hiver…). Ils favorisent le transit intestinal.

Cuits de façon douce, ils sont faciles à digérer et soutiennent le fonctionnement de la rate. Excellents source de vitamines, minéraux, oligo-éléments, enzymes (sous réserve d’une cuisson respectueuse type vapeur douce, étouffée à basse température ou Wok).

3-Consommer davantage de céréales et de légumineuses :

C’est la base de l’alimentation humaine depuis les cultures. Ce groupe d’aliments est un apport idéal de saveur douce, et d’énergie (riche en glucides). Mais n'en abusez pas. Les céréales, cela se méritent!

Il est conseillé de varier du blé en le remplaçant par le riz basmati, sarrasin, quinoa, millet, orge, lentilles, haricots secs, patate douce, pois chiches, et également des pommes de terre cuites à la vapeur de préférence.

Méfiez-vous du gluten ! Le blé, l’avoine, l’épeautre et le seigle sont à modérer. Si vous souffrez de douleur chronique, éliminez le gluten. Faire l’essai : éliminez pendant 40 jours le gluten de votre alimentation (ainsi que les produits laitiers, cf règle n°9). Les supprimer, c’est améliorer votre potentiel santé.

4-Supprimer les charcuteries et consommer viande, poissons et œufs modérément :

Au contraire des légumes et des céréales, on observe un excès de consommation de ces aliments.

Si ces aliments sont présents à tous les repas et/ou consommés en trop grandes quantités, ils peuvent se traduire selon les individus par des douleurs abdominales, un manque d’appétit, des selles molles, des diarrhées, des candidoses, des troubles dermatologiques, des nausées, des leucorrhées (pertes blanches vaginales) …

5-Éviter le plus possible les sucres rapides :

On observe également un excès de consommation de ces aliments.

Pâtisseries, sucre blanc, sirop d’érable, miel, jus de fruits, sodas, biscuits, barres chocolatées…. Souvent pris entre les repas. Tous ces aliments de saveur douce en excès fatiguent la rate.

6-Diminuer les boissons acides, sucrées, alcoolisées et les aliments transformés:

On observe également un excès de consommation de ces aliments et boissons.

Tous les sodas, colas, jus de fruits industriels sont des boissons à la fois sucrés et acides. Idem pour les plats cuisinés, charcuterie industrielle, céréales industrielles (miel pops, kellogs, All bran…), nuggets de poulet, pâtisserie, viennoiserie, Nutella, pizza industrielle, sauce industrielle, biscuits apéritif, confiserie à la gélatine… A terme, ces aliments sont source de déséquilibres et de maladies.

7-Réduire les aliments crus ou froids :

On observe là aussi un excès de consommation de ces aliments.

Il s’agit aussi bien des aliments de nature froide, que des aliments crus (crudités, fruits, céréales non cuites, viande ou poisson crus, blanc d’œuf cru) ou encore des aliments consommés froids ou très froids (sortant du réfrigérateur ou glacés). Tous ces aliments exigent beaucoup d’énergie pour être transformés et épuisent la rate.

Ils sont donc à réduire dès l’apparition des signes de faiblesse digestive, de fatigue ou de frilosité.

Les boissons froides au moment du repas tendent à figer la digestion. Il est plus adapté de boire une tisane voire un verre d’eau chaude (tiède) au moment ou en fin de repas.

Consommez les fruits en dehors des repas (sinon flatulences). En fin de repas, préférer la compote, ou fruits secs.

8-Eviter les excès de friture, de graisses animales et d’huiles végétales raffinées

On observe également un excès de consommation de ces aliments.

Les huiles raffinées sont des aliments dits dévitalisés, indigestes, mieux vaut consommer des huiles extraites à froid, non raffinées et éviter de les chauffer pour ne pas les oxyder et préserver leurs apports nutritionnels.

Consommez alternativement des huiles riches en oméga 3, 6 et 9 : huile d’olive, de tournesol, de colza, de lin ou de noix, qui ont une action bénéfique sur le système nerveux et l’intestin grêle (aide à la restauration de sa paroi).

La friture donne des graisses oxydées et les graisses animales sont saturées. Ces graisses sont source de problèmes de poids et de maladies cardiovasculaires.

9-Reconsidérez les produits laitiers :

Ces produits sont particulièrement indigestes. Pris en grandes quantités, ils sont sources de mucosités. On dit que «les maladies étranges ou opiniâtres ont pour origine les mucosités». De nombreuses pathologies sont induites par l’intolérance de notre organisme face à la caséine, protéine du lait : problèmes rhumatismaux, pathologie ORL, maladies auto-immunes, obésité, pathologies cutanés, fatigue, maux de tête…

Dans toutes ces pathologies, on préconise l’arrêt des produits laitiers avec de nettes améliorations. Dans ce cas, il sera prêté attention à la consommation suffisante d’aliments riches en calcium : amandes, sésame, persil, chou vert, brocolis, poireaux…

10-Boire chaud en fin de repas sans excès :

Souvent, on profite du repas pour boire. Nous buvons généralement froid et en trop grandes quantités ce qui nuit à la digestion.

Le bol alimentaire doit être composé d’1/4 de liquides. Ces liquides sont apportés par les légumes et une boisson prise en fin de repas : la tisane digestive est idéale, consommée chaude mais non brûlante.

Aussi difficiles que puissent paraître ces règles, elles sont pourtant essentielles pour obtenir des résultats durables lors de douleurs chroniques et rebelles à tous les traitements classiques.

Le principe d’association ?

Certaines associations alimentaires perturbent l’équilibre acido-basique et donc la digestion.

Recommandations :

  • Associer protéines et légumes OU féculents et légumes. Par exemple : riz basmati + légumes OU poisson /viande + légumes.

  • Ne pas associer protéines animales ET féculents

  • Privilégiez les protéines végétales comme les graines et les légumineuses.

  • Consommer les fruits seuls loin des repas, JAMAIS pendant un repas, ni en fin de repas

  • Le citron, le vinaigre, la tomate et le vin sont incompatibles avec les féculents mais compatibles avec les protéines.

  • Le mélange viande + produits laitiers est désastreux ainsi que le mélange viande + féculents (steak frites).

  • Éviter les repas féculents (riz, pomme de terre) suivi d’un dessert sucré.

Exemple de petit-déjeuner :

Mangez assis, dans le calme. Commencez par le solide

  • Riz basmati OU Miam-Ô-Fruit* OU gruau de flocons de riz (avec 1 c.à.s graines lin/courges moulues, lait de riz ou d’amande ou riz/noisette, raisins secs, 1 cc miel bio) OU crêpes/pancakes maison sans gluten OU Yaourt Lait fermenté K-Philus chèvre ou brebis.

  • 1 œuf fermier ou bio à la coque/omelette aux poivrons, lardons, champignons… ET/OU 1 tranche de jambon à l’os OU poissons fumés (hareng, maquereau, sardine)

  • Pensez aux Oméga 3 : huile d’olive, de colza, de chanvre, d’avocat ou de lin, beurre frais.

  • Un fruit de saison: pomme, poire, orange, kiwi, pêche…

  • Complétez avec des noix, amandes, noisettes, baies de goji, figues, dattes ou pruneaux (1 poignée).

  • Si vous avez encore faim: un demi-avocat avec de l’huile d’olive, jus de citron, sel et poivre ; chocolat noir 70% minimum (de chez Cazenave, Bayonne svp )

  • Chicorée, thé vert, infusion de thym/romarin ou boisson végétale (évitez le soja).

Pour conclure cher(e)s ami(e)s ...

  • Manger en conscience (quand vous mangez, vous mangez!)

  • Pour remplacer le café, alternative avec le YANNOH!

  • Pour pallier aux produits laitiers, consommez des laits végétaux : lait d’amande, lait de noisette, lait de riz ( attention à l’indice glycémique!)

  • Incorporer dans l’alimentation des aliments lacto-fermentés pour la flore intestinale.

  • Minimum 2L d’eau par jour ( à privilégier les eaux peu minéralisées ( VITTEL, Rosée de la Reine, MontCalm, Mont Rouscous)

  • Cuisson à basse température RECOMMANDÉE, cuisson à la poêle le plus rarement possible.

  • Soyez « locavore »: consommez des produits locaux, de saison le plus possible.

  • Privilégiez le vinaigre de cidre bio, non pasteurisé, sans protéines de lait (caséine)

  • Quand il y a un écart, palliez avec une monodiète (1 seul aliment) pour mettre le système digestif au repos le repas qui suit l’écart.

A votre santé! :-)

——-

* Recette du Miam-Ô-Fruit de France GUILLAIN


1,210 vues
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Google+ Icon
  • Grey Twitter Icon

© 2016 - osteopathe-anglet.com