Ce pourquoi, notre corps est fait!

19 Nov 2018

 

 

Ce texte est une synthèse de l’excellent dossier de Francis Heylighen (1), sur le site d’ « Evolution, Complexity and Cognition Group » de la Vrij Universiteit Brussel.

 

La philosophie de l’évolution permet de développer un mode de vie sain et heureux. En comprenant comment nous avons évolué en tant qu’êtres humains, nous aurons une meilleure compréhension de notre corps et de notre fonctionnement optimal.

La sélection naturelle a modelé notre corps et notre esprit pour une vie de chasseur-cueilleur. Les hominidés ont vécu de cette manière durant des millions d’années.

 

L’agriculture n’apparaît qu’il y a plus ou moins 10.000 ans au Moyen-Orient, et plus tard dans le reste du monde. Par conséquent, nos gènes n’ont pas encore eu réellement le temps de s’adapter au style de vie de travailleur agricole ou industriel. Ils nous préparent toujours à une vie de chasseur et de cueilleur.

 

Cela signifie qu’il y a un problème fondamental d’adaptation entre notre style de vie actuel et le style de vie auquel nos gènes s’attendent. Cette discordance peut expliquer une foule de maladies appelées « maladies de civilisation » : maladies coronariennes, maladies auto-immunes, obésité, cancer, diabète, Alzheimer, dépression, stress chronique, anxiété, trouble du déficit de l’attention, etc. Ces maladies dégradent notre corps et notre esprit, tout en réduisant significativement notre espérance de vie et notre bien-être.

 

De ce point de vue, quel est l’aspect le plus fondamental du mode de vie du chasseur-cueilleur ? Celui-ci concevait la vie comme une aventure! (2), c’est-à-dire comme une suite de challenges et de défis, à l’opposé de nos vies hautement régulées.

 

Le stress vécu par le chasseur-cueilleur est vif et intense : fuir devant un ours, tomber d’un arbre, traverser une rivière à l’eau très froide, etc. Ces stress sont de courte durée, mais intenses (de quelques secondes à quelques heures). La décharge d’adrénaline est suivie rapidement par un sentiment agréable de relâchement.

 

A l’inverse, le stress de la vie moderne est typiquement chronique, c’est-à-dire de faible intensité, mais de très longue durée (de plusieurs semaines à plusieurs années). Ce stress provoque entre autres un niveau élevé de cortisol, une hormone qui tend à diminuer la masse musculaire, affaiblir le système immunitaire, favoriser l’obésité, l’anxiété et la dépression.

 

13 défis a relever:

 

1. Mangez abondamment les aliments que les chasseurs-cueilleurs mangeaient : viande, poisson, végétaux, fruits, noix, œufs, etc…. de préférence d’origine naturelle. Ces aliments contiennent de hautes concentrations de tous les éléments importants dont notre corps a besoin pour se développer et se réparer : protéines, graisses, glucides (en relativement petite quantité), vitamine, antioxydants, minéraux et fibres.

 

Nul besoin de compter les calories : avec cette nourriture, vous serez vite rassasié, vous gagnerez du muscle et perdrez de la graisse (surtout en combinaison avec des exercices de renforcement musculaire).

 

2. Evitez la nourriture que les chasseurs-cueilleurs ne mangeaient pas : sucres, produits laitiers et les produits manufacturés/transformés contenant de nombreux additifs, comme les cookies, les doughnuts, les bonbons, pain blanc.

 

3. Sautez des repas de temps à autres : les chasseurs-cueilleurs ne mangeaient pas à heure fixe. La pratique du « jeûne intermittent » sans réduction de la quantité totale de calories a été prouvée comme améliorant significativement toute une variété d’indicateurs de santé, comme les niveaux de cholestérol et de glucose, ainsi que l’obésité.

4. Bougez régulièrement en variant la puissance : énormément de repos, beaucoup d’activités à faible intensité comme la marche, le vélo, la natation ; une activité régulière à niveau moyen, et de temps en temps une courte poussée à très haute intensité, comme le sprint, le saut ou lever des charges lourdes.

 

5. Rendez vos exercices aussi variés, en vous inspirant des mouvements du chasseur-cueilleur ou des enfants : escalader, lancer, sauter, tirer, soulever, porter, lutter, etc… Varier vos supports d’entraînements (poids libres, poids du corps, corde a sauter, barre, pierres, troncs d’arbres etc... La variété des forces stimule le corps et le cerveau vers davantage de coordination, vous prépare mieux pour l’inattendu, et augmente votre sentiment de contrôle.

 

 

6. Passez un maximum de temps

dans la nature (pour l’entraînement ou la détente), ou du moins modifiez votre environnement afin qu’il apparaisse plus « naturel » (en mettant des plantes dans un bureau par exemple). Des douzaines d’études sur la biophilie (notre attraction innée pour la nature) ont montré que cela augmente la santé mentale, le bonheur et la récupération après la maladie.

 

 

7. Exposez-vous régulièrement aux rayons du soleil (sans brûler évidemment) : la lumière du soleil est nécessaire pour que notre peau produise de la vitamine D, mais permet aussi de favoriser le système immunitaire, de prévenir du cancer, et de construire des os solides. Inversement, le manque de soleil est cause de dépression.

 

 

 

8. Exposez votre corps aux éléments : marchez (ou courez même) pieds nus, portez des vêtements « minimum », prenez des bains/douches très chauds et très froids, allez au sauna, n’ayez pas peur de sortir en cas de mauvais temps. Le corps humain n’est pas seulement conçu pour résister à ces stress physiques, il est stimulé par ceux-ci et devient plus fort.

 

Par exemple, marcher pieds nus renforce les muscles, les tendons et la coordination générale, réduisant la probabilité de problèmes ponctuels ou chroniques comme les pieds-plats, les blessures au genou ou les maux de dos. Les bains froids ont prouvé leur intérêt pour booster le système immunitaire ; et les saunas protègent et réparent les cellules du corps.

 

 

9. N’ayez pas peur de la saleté : les sociétés modernes tendent à être obsédées par l’hygiène, nous rappelant constamment de laver, désinfecter, etc. Pourtant, notre système immunitaire doit apprendre à distinguer les pathogènes dangereux, des germes inoffensifs et de nos propres cellules, afin de lutter efficacement contre le pathogène. Pour arriver à cela, il a besoin d’être exposé à une variété de micro-organismes communs. Sans une telle exposition depuis le plus jeune âge, le risque est plus grand de développer des allergies, des déficiences auto-immunitaires, etc.

 

 

10. Jouez, explorez et testez de nouvelles choses : ne laissez pas votre vie gouvernée par les routines, les plans, les règles et les attentes, mais expérimentez plutôt de nouveaux défis ; explorez de nouvelles places, idées et activités, de manière spontanée et ludique. La meilleure inspiration peut être la manière qu’ont les enfants de jouer et d’explorer, toujours prêts pour de nouvelles choses à tester.


11. Soyez dans le présent : arrêtez de penser constamment au passé et au futur – de planifier, de vous inquiéter, de vous sentir coupable, ou plus généralement de vous préoccuper de tout sauf de ce qui est ici et maintenant. Expérimentez pleinement les saveurs, les vues, les sons, les odeurs et les sensations qui vous entourent.

 

 

 

12. Reposez-vous, relaxez-vous et dormez si vous en ressentez le besoin: votre corps et votre esprit ont besoin de temps pour récupérer, se reconstruire et construire de nouvelles capacités.

 

 

 

 

13. Prenez soin des générations futures :  gardez les petits enfants en contact physique avec celui qui prend soin de lui (pas nécessairement la mère), mais permettez-leur d’explorer et jouer librement. L’approche protectrice mais permissive est celle des chasseurs-cueilleurs. C’est aussi la base de l’attachement sécurisé nécessaire pour le développement social/émotionnel de l’enfant.

 

CONCLUSION...

 

Les résultats escomptés?  plus d’énergie, moins de stress, plus de force musculaire, moins de masse grasse, diminution du taux de glucose, d’insuline, de triglycérides, une meilleure humeur, un corps plus « beau », moins de maladie, plus de coordination, plus de confiance en soi.

 

A votre santé!

 

____________________

 

Sources:

 

(1) Francis Heylighen: Evolutionary Well-Being: the paleolithic model

(2) Francis Heylighen: « Life is an adventure! : http://pespmc1.vub.ac.be/Papers/Life-Adventure.pdf

Un grand merci à Yves Patte, pour la traduction et le résumé de ce dossier:  http://www.yvespatte.com/2010/12/le-modle-palolithique-13-conseils-pour-retrouver-mode-de-vie-sain/

 

 

 

 

 

Please reload

Articles à l'affiche

Massage du ventre, guérir de l'intérieur

December 27, 2018

1/10
Please reload

Articles récents
Please reload

Retrouvez-moi
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Google+ Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Google+ Icon
  • Grey Twitter Icon

© 2016 - osteopathe-anglet.com